Le Cantal vu par les artistes au XIXe siècle

par Pascale Moulier
28,00 TTC

Le Cantal n’a pas bénéficié de représentations artistiques avant la toute fin du XVIIIe siècle. Le XIXe siècle, en revanche, sera très prolixe en termes d’images, avec le courant romantique et pittoresque, l’invention de la lithographie et la popularisation des albums de voyage. L’Auvergne devient alors une région privilégiée par les artistes et fait l’objet de plusieurs albums prestigieux, comme le volume publié par le baron Taylor dans les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France ou encore L’ancienne Auvergne et le Velay. Par ailleurs, l’intérêt porté au volcanisme pousse de nombreux naturalistes à visiter l’Auvergne. Si le Puy-de-Dôme a longtemps eu la faveur des voyageurs-dessinateurs, le Cantal connaît lui aussi, après 1820, sa vague de découvreurs, naturalistes, peintres et dessinateurs. Car c’est essentiellement par le regard d’artistes extérieurs au territoire que nous découvrons à quoi ressemblait la Haute-Auvergne au XIXe siècle. On le sait peu, mais quelques figures nationales sont venues voir et dessiner ses ruines pittoresques et ses paysages, tels Étienne-Jean Delécluze, Jules Laurens, Théodore Rousseau, ou encore Rosa et Auguste Bonheur. Avec quelques autres, moins connus, ils témoignent d’un engouement nouveau pour la découverte des terroirs de France, véritable aventure artistique retracée ici en détail à travers documents d’archives et images variées.


ISBN 978-2-918098-68-3 Catégorie Étiquettes , , , , , , ,

Description

À propos de l’auteure :

Pascale Moulier est archiviste du diocèse de Saint-Flour, auteure de plusieurs ouvrages consacrés à la peinture cantalienne et présidente de l’association Cantal Patrimoine.

Ils en parlent :

Un ouvrage passionnant, sur un sujet peu traité, avec de magnifiques reproductions de croquis et de peintures de différents artistes (Théodore Rousseau, Rosa et Auguste Bonheur…).

Librairie Point-Virgule

Pour découvrir à quoi ressemblait la Haute-Auvergne au 19e siècle, quand certains peintres d’envergure nationale sont venus voir et dessiner ses ruines pittoresques et ses paysages : une véritable aventure artistique, retracée à travers documents d’archives et belles reproductions d’oeuvres variées.
Un vrai petit musée à s’offrir !

Librairie Découvertes occitanes

Informations complémentaires
Poids 580 g
Dimensions 170 × 240 mm
Format

Broché, cousu, couverture avec des rabats, format à la française

Nombre de pages

192 pages, en quadrichromie

Conditionnement

Sous film individuel de protection

Parution

Octobre 2018

Expédition rapide


dans la limite des stocks disponibles

Moyens de paiement


Visa, MasterCard, American Express, Apple Pay, Google Pay, ...

Paiement sécurisé


assurés par Stripe

Les éditions de la Flandonnière aiment titiller la notion de patrimoine dans les moindres recoins de sa définition.

Elles se considèrent comme des exploratrices du potentiel du Massif central et de ses confins même si elles s’autorisent parfois des incursions un peu au-delà.

Enfin, très attachées aux principes du développement durable, elles empruntent délibérément la voie de la transition écologique dans leur gestion tout en s’efforçant de proposer des beaux livres accessibles.

    Je souhaite m'inscrire à la newsletter